Great opportunity to work with colleagues from CCAFRICA at #CodexAlimentarius Colloquium

I had the opportunity to take part in the CCAFRICA Codex colloquium co-organised by the US Department of Agriculture, the US Codex office, the Coordination for CCAFRICA, the African Union and the Government of South Africa from March 18-20th, 2014. Delegates from over 15 countries of the region participated in the colloquium which aimed to enhance communication amongst member countries of the region to discuss key Codex files, challenges and agenda items for selected upcoming Codex committees. CCAFRICAI had the opportunity to contribute to the colloquium program through a keynote introduction outlining my views on key Codex strengths and accomplishments, as well as what I consider being our organisation’s upcoming challenges. I also contributed to a panel discussion, engaging the colloquium participants on these same topics with an emphasis on specific challenges relevant to the African region. Some of the points discussed included:

–  the duality of focus on food safety and food security in the African region and the contribution that Codex standards may bring to support food security in the continent ;

–  the level of development of Codex structures in CCAFRICA countries and its impacts on the effective participation in Codex standard development; –  the availability of data from the region, in response to calls for data from Codex scientific advisory bodies;

–  the impacts of private standards versus Codex standards

–  countries’ ability to adopt Codex standards and challenges related to dissemination of information related to Codex standards, guidelines and codes of practice to all food stakeholders in the region. Some of the recommendations brought forward by participants included the need:

–  to strengthen Codex national structures in countries of the region,

–  to enhance engagement of academic organisations from the region to support opportunities for data collection that reflect the regional/African countries’ context in response to calls for data that support Codex standard development and,

–  to continue enhancing awareness of the importance of Codex and Codex standards among the leadership of countries of the region

Participants had also the opportunity to engage in facilitated discussions on agenda items currently identified for some of the upcoming Codex committees: Codex Committee on General Principles (CCGP), Codex Committee on Contaminants in Food (CCCF) and Codex Committee on Pesticide Residues (CCPR). Delegates were able to exchange their views on these items with the purpose to help them prepare national positions

Meeting with Codex peers and colleagues from Kenya, Guinea, Tanzania, Uganda, Morocco and Senegal

Meeting with Codex peers and colleagues from Kenya, Guinea, Tanzania, Uganda, Morocco and Senegal

The colloquium provided me with an excellent opportunity to listen directly and learn from colleagues and peers from CCAFRICA countries about their concerns, challenges and areas of focus related to food safety and quality in general and specifically in the context Codex standard development. It was also an opportunity to engage on a bilateral level with delegates from Cameroon and the regional Coordinator for Africa, Senegal, Guinea, Morocco, Gabon, Tanzania, Uganda, Kenya, Mozambique and South Africa.

I reiterate my thanks and appreciation to the Colloquium organizers and in particular to our gracious South-African hosts for a remarkable organisation.

Election of #Codex chair – Humbled and proud to be Canada’s candidate

In less than 4 months, on July 15th, 2014, the FAO/WHO Codex Alimentarius Commission will be electing a new chair for the upcoming period.

I have been humbled by the decision of the Government of Canada to nominate me as Canada’s candidate for this role. Canada has a long standing support for Codex, as a founding member of the organisation in 1963. Canada continues to be a strong advocate of Codex’s mandate to protect consumers’ health worldwide and to ensure fair practices in the food trade.

I accepted this nomination as a result of my strong belief in Canada’s commitment to providing collaborative and impartial leadership to Codex, and as a result of my keen interest in further contributing, in collaboration with peers and colleagues of the Codex community, to advancing global food safety and quality.

Serving as a vice chair of the commission for the last couple of years has been one of the key highlights of my 17 year career associated with food safety and nutrition. This unique opportunity provided me with the privilege to interact with and learn from food safety leaders from around the world.

Working with such a dedicated and passionate group of food safety, food quality and nutrition professionals in Codex for over a decade, has significantly contributed to my own development and experience as a food scientist and a food regulator. In particular, and as I worked to facilitate the development and adoption of Codex’s strategic plan for 2014-19, I was able to appreciate that despite the differences of opinion and the variety of positions that we may have, we are all united by common principles of evidence-based decision-making and by a common goal to protect consumers’ health and create a level playing field for food trade.

How do I see the Chair’s role:

I consider assuming the chair’s role of an organisation such as the Codex Alimentarius Commission as a commitment to serve the codex membership through active engagement and decisive action, in alignment with the mandate of the Commission.

Serving the membership means to actively seek and listen to members’ interests and concerns and shape the direction based on their insights and input. It also means facilitating and steering the dialogue between members and fostering their engagement in Codex decision-making processes in a manner that upholds Codex’s mandate and Codex’s principles and advances our efforts to develop international food standards that serve as a reference for food regulators and food producers around the world.

I will be using this medium and other posts to share some of my thoughts and views on the responsibilities and duties of the Chairperson of Codex, considering the environment in which Codex is currently evolving. I continue to welcome your input and suggestions either via this blog or by visiting CanadaForCodex.com

Consultation sur l’étiquetage obligatoire du bœuf attendri mécaniquement

Une proposition de changement réglementaire au règlement sur les aliments et les drogues, imposant l’étiquetage obligatoire du bœuf attendri mécaniquement a été récemment publiée dans la partie I de la Gazette du Canada.

Proposition réglementaire pour l’étiquetage obligatoire de bœuf attendri mécaniquement

Que comportent ces changements ?

Le nouveau règlement propose de modifier la partie B « Aliments », du Règlement sur les aliments et drogues pour :

  • ajouter une définition du « bœuf attendri mécaniquement »;
  • interdire la vente de bœuf attendri mécaniquement au Canada à moins qu’il soit étiqueté de façon adéquate, c’est-à-dire que le support principal d’affichage de l’emballage respecte les exigences d’étiquetage suivantes :
    • que la mention « attendri mécaniquement » y figure (ce qui permet la lisibilité de cette mention);
    • qu’il comporte des instructions de cuisson indiquant qu’il faut cuire le bœuf attendri mécaniquement attendri à une température interne d’au moins 63 °C;
    • qu’il comporte une instruction de cuisson additionnelle, si le produit est un bifteck attendri mécaniquement devant indiquer qu’il faut le retourner au moins deux fois durant la cuisson.

Les modifications proposées des dispositions réglementaires sont censées entrer en vigueur une fois cette consultation terminée et trois (3) mois après la publication du règlement final dans la partie II de la  Gazette du Canada.

Pourquoi ces changements ?

Les objectifs de ce changement réglementaire sont d’aider le consommateur à identifier de façon systématique les produits du bœuf attendri mécaniquement. Il s’agit aussi de fournir au consommateur des instructions sur la cuisson sécuritaire de ces produits qui sont de nature à contribuer à minimiser le risque potentiel de maladies d’origine alimentaire, potentiellement liées à ce produit.

En 2012, 18 cas de maladie d’origine alimentaire causée par la présence d’E. coli O157 ont été déclarés dans une éclosion de maladie au Canada associée à des produits de bœuf contaminé vendus par la compagnie XL Foods Inc. Au cours de l’enquête sur la salubrité des aliments qui a suivi cette éclosion, plusieurs cas ont été considérés comme vraisemblablement liés à la consommation du bœuf attendri mécaniquement au niveau du commerce de détail. Santé Canada a alors décidé de conduire une évaluation des risques associés au bœuf attendri mécaniquement et de faire des recommandations afin d’aider à réduire les risques pour le consommateur.

L’attendrissement mécanique de la viande est une pratique répandue, utilisée par les usines de transformation, les services et les détaillants alimentaires depuis de nombreuses années, pour améliorer la tendreté et le goût de la viande de bœuf cuite. Le procédé d’attendrissement mécanisé de la viande consiste à recourir à des instruments tels que des aiguilles ou des lames servant à casser, à pénétrer et à perforer la surface de la viande. Le processus peut aussi impliquer l’injection d’une marinade ou d’une solution attendrissante.

Si la surface de la viande s’avérait contaminée par des bactéries, il est vraisemblable que ces bactéries puissent être transférées de la surface vers le centre de la viande durant le procédé d’attendrissement. Ce qui conduit à augmenter le risque que courent les consommateurs si la viande n’était pas préparée ou cuite en conséquence.

Un simple examen visuel de la viande ne permet pas de déceler si elle a été soumise à ce procédé d’attendrissement mécanique, d’où l’importance de recourir à l’étiquetage de ces produits afin que les consommateurs arrivent à les reconnaitre et prennent les précautions nécessaires quant à leur préparation et à leur cuisson.

Ce changement réglementaire est basé sur une évaluation scientifique

En mai 2013, Santé Canada a complété une évaluation des risques pour la santé concernant la présence de l’E. coli O157 dans les produits de bœuf attendri mécaniquement. Les résultats de cette évaluation ont indiqué que ces produits pouvaient poser un risque accru d’un facteur cinq (5) en comparaison avec des coupes de bœuf intactes. Il est aussi avéré que la présence de la souche de l’E. coli O157 dans les aliments cause de graves maux d’estomac, de la diarrhée et des vomissements. De plus, des complications d’une infection à l’E. coli O157 peuvent conduire à des conditions encore plus graves telle une insuffisance rénale. L’évaluation a également permis de déterminer que, sans étiquetage, il est difficile pour les consommateurs Canadiens de savoir si les produits ont subi ce procédé d’attendrissement mécanique et donc de prendre des précautions supplémentaires pour leur préparation et leur cuisson

L’évaluation des risques pour la santé, Observations Issues de L’évaluation des Risques pour la Santé que Comporte la Présence d’Escherichia coli O157 dans les Produits de Bœuf Attendris Mécaniquement au Canada a été publiée le 28 mai 2013, et est disponible en ligne : Évaluation du risque qui sous-tend la proposition règlementaire

À la suite de l’éclosion alimentaire de 2012, Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada ont émis une recommandation provisoire de faire cuire le bifteck et les coupes de bœuf attendris mécaniquement à une température interne d’au moins 71 °C (160 °F). Cependant, de nouvelles données scientifiques appuient de nouvelles recommandations de cuisson. Notamment, la température interne minimale de cuisson des produits de bœuf mécaniquement attendri a été estimée à 63 °C (145 °F) et a été jugée adéquate pour conduire à une protection optimale des consommateurs. Il a été aussi déterminé qu’il fallait retourner le bifteck attendri mécaniquement au moins deux fois durant la cuisson pour que la température soit uniforme dans toute la viande.

Contexte plus général pour cette mesure :

Le 17 mai 2013, dans le cadre du Plan d’action pour assurer la salubrité des aliments au Canada, le gouvernement du Canada annonçait son projet de mettre en œuvre les exigences d’étiquetage pour tous les produits de bœuf attendri mécaniquement vendus au Canada. À la suite de cette annonce, l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA) modifia son Manuel des méthodes de l’hygiène des viandes (MDM) en vertu du Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes (RIV) pour imposer aux établissements agréés et enregistrés auprès de l’ACIA qui produisent des coupes de bœuf attendri mécaniquement de les étiqueter comme « attendris mécaniquement ». L’obligation a aussi inclus la nécessité d’indiquer des instructions de cuisson. Par conséquent, les établissements agréés par l’ACIA et de nombreux détaillants nationaux se conforment déjà à des exigences d’étiquetage de ces produits. Par contre les établissements non agréés par l’ACIA et les petits détaillants, y compris les bouchers, ne suivent pas cette pratique. La présente proposition règlementaire vise à corriger cette lacune et à créer un environnement règlementaire uniforme.

De plus, cette mesure représente une des mesures dans la mise en œuvre du Cadre pour des Aliments sains et salubres pour les Canadiens  que la ministre fédérale de la Santé a annoncé en novembre 2013. Ce cadre vise entre autres à améliorer les informations dont les canadiens disposent pour faire des choix alimentaires sains et sécuritaires.

Updated #FoodDirectorate guidance document to manage E. coli O157 in raw beef

Health Canada’s Food Directorate has updated its guidance document on Escherichia coli O157:H7 and E. coli O157:NM in raw beef.

The purpose of this guidance is to further help reduce the risk of foodborne illness due to E. coli O157 in raw beef by providing information on intervention strategies to minimize the prevalence of this bacterium in raw beef, specifically precursor material, finished raw ground beef products and beef products processed for raw consumption, produced domestically and offered for sale in Canada.

This guidance document takes into account the fact that food safety is a shared responsibilities between industry, consumers and government agencies.

Guidance document to manage E. coli O157 in raw beef

Access to Health Canada’s Food and Nutrition website : Health Canada’s Guidance Document on E. coli O157:H7 and E. coli O157:NM in Raw Beef